Les ARBRES

Activités de Réussite selon les Besoins par le Réinvestissement, l’Expérimentation et la Synectique

Un mot sur la pédagogie Freinet

Avec le système des A.R.B.R.E.S, je n’ai rien inventé ! Il s’agit simplement de modes de fonctionnement qui existent déjà mais que j’ai refait à ma sauce.

J’vous explique ! 😉

Je me suis intéressée récemment à la pédagogie Freinet et à d’autres « Ecoles nouvelles » et j’ai bien aimé certaines de leurs organisations. J’ai décidé de « piocher » ce qui me semblait intéressant et surtout réalisable.

Pour faire très bref, je pense reprendre ces quelques idées : 

  • Réalisation de projets pédagogiques réellement imaginés et conçus par les élèves. Et pour y parvenir, mise en place d’un « quoi de neuf ? » efficace où les élèves présentent des objets, des moments de vie, des questionnements, etc. Je vous donne un exemple ! Si un élève présente en classe une vieille machine à écrire qu’il a récupéré dans le grenier, on rebondit et on l’utilise pour lancer la séquence sur « l’Ecole d’autrefois ». Si un autre parle d’un séjour qu’il a fait à Rome, on rebondit dessus et on s’en sert pour introduire l’Empire romain en histoire. Bref, z’avez compris l’idée ! 🙂
  • Les conférences des élèves, qui reprennent un peu le point précédent. En un mot, ce sont des exposés que les élèves réalisent sur un sujet qui leur tient à cœur. L’ensemble du travail de documentation, de production d’écrits et de réalisation artistiques se fait en classe.  
  • Les conseils de classe qui existent déjà dans de nombreuses écoles, pour mettre en place des temps collectifs autour de projets, discuter des règles de vie en début d’année, etc.
  • Les plans de travail pour chaque élève. En partant du principe que chacun a des besoins différents que qu’il faut respecter le rythme des enfants, il s’agit d’un projet de travail pour une période définie. Je pense que j’en ferai un par semaine dans un premier temps. Ce plan de travail prend en compte le projet individualisé pour chaque élève mais aussi le projet collectif (progressions prévues par l’enseignant). 

En voilà de beaux discours ! Mais dans la pratique, ça donne quoi ?

Les ARBRES, quésaco ?

Les ARBRES, c’est un acronyme un peu bêta que j’ai trouvé pour faire référence à deux choses : 

  • Les plans de travail de la pédagogie Freinet ;
  • Les « learning centers » (que pour une raison mystérieuse et assez agaçante, on traduit plutôt en français par « centres d’autonomie »). Ces centres d’apprentissage font donc référence à des « coins » dans votre classe.

***

En plus de la pédagogie Freinet, j’ai repris dans ce concept quelques idées diverses et notamment le « 5 au quotidien » présenté sur le site de Crapouilleries

***

A.R.B.R.E.S : Activités de Réussite selon les Besoins par le Réinvestissement, l’Expérimentation et la Synectique. 

Il s’agit de toutes les activités que les élèves font pour consolider une notion (par des jeux, des fiches, en manipulant, cherchant, expérimentant, etc.). Il peut s’agir aussi d’activités de découverte par la manipulation. 

Ces activités sont regroupées par compétences et par domaines. J’vous montre, c’est très simple ! 

Sur leur plan de travail, chaque élève aura pour consigne de réaliser tout un tas d’activités en français, en mathématiques, en QLM et en anglais. Il s’agira toujours d’activités que l’élève pourra réaliser en autonomie, pendant un moment prévu à cet effet sur l’emploi du temps. 

J’vous présente mes p’tits arbres ci-dessous :

Les intérêts de ce système : 

  • Les élèves sont acteurs des apprentissages et se construisent un parcours qui réponde réellement à leurs besoins. 
  • L’enseignant peut prendre en charge un groupe d’élèves (remédiation, multi-niveaux, etc.) pendant que le reste de la classe est au travail. 
  • Les élèves savent quelles compétences ils travaillent. Même s’ils n’utilisent pas nos mots d’adultes, ils savent que dans l’arbre de la lecture, ils ne vont pas faire du calcul. 
  • Développement de l’autonomie. Les élèves sont capables de se repérer sur leur plan de travail et de se rendre à l’arbre correspondant. Les activités peuvent être auto-correctrices. 

Un petit mot sur les mots employés :

Activités : La (ou les) tâche(s) réalisée(s) par l’élève pour atteindre un objectif pédagogique et acquérir une compétence. 

de Réussite : Qui servent la réussite de tous les élèves. 

selon les Besoins : Parce que nous savons que les élèves n’ont pas tous le même parcours, les mêmes attentes, les mêmes envies. et que nous devons proposer des activités pédagogiques qui correspondent réellement à leurs besoins.

par le Réinvestissement : S’entraîner, s’exercer, manipuler avec une multitude de supports et d’outils pour renforcer des connaissances et les stratégies.  

l’Expérimentation : L’élève est actif, acteur. Il essaye, teste, valide et invalide des propositions. Dédramatisation de l’erreur, qui fait partie intégrante du processus d’apprentissage. 

et la SynectiqueLa synectique est une méthode de résolution de problèmes qui consiste à penser les choses par analogie pour développer la créativité et l’imagination. Dans une classe, il s’agit de rapprocher les problèmes des élèves à des situations qu’ils ont vécu ou qu’ils connaissent. Il s’agit aussi d’éloigner un problème donné de la situation initiale pour élargir le champ de recherche et de réflexion. L’analogie permet aussi de mieux comprendre le problème. Si dans un premier temps, c’est souvent l’enseignant qui propose les analogies, les élèves en prennent vite l’habitude.

Exemple pour la synectique : On recherche en classe un mot qui rime avec « eau », admettons pour un travail en poésie/chant ou ce que vous voulez. Les élèves de CP bloquent sur le problème. Ils n’en comprennent pas forcément le sens. L’enseignant encourage alors les élèves à trouver des comptines ou des chansons qu’ils connaissent avec le mot « eau ». Ils rebondissent et chantent « Les petits poissons dans l’eau ». Du coup, ils trouvent  des rimes en O : « gros », « faut ». Ils comprennent en même temps l’intérêt des rimes, la « musicalité » qu’elles apportent, etc. L’analogie ici n’est pas très poussée mais ce sont souvent les plus simples et les plus proches des élèves qui les aident. 

Je vous parle ICI plus en détail des plans de travail et des compétences liées à chaque domaine. 

2 Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :